«Nous finançons maintenant les startups en phase de croissance»

15.03.2019 13:25

Related tags

Lukas Weber et Steffen Wagner ont fondé investiere en 2010. La plateforme de capital-risque a attiré 30 millions de francs suisses dans les startups en 2018. Dans cette interview, les fondateurs parlent de la forte croissance des trois dernières années, du développement du marché du capital-risque et des similitudes et des différences entre la Suisse et Israël.

Monsieur Weber, monsieur Wagner, investiere croît fortement depuis trois ans. Quel était le taux de croissance en 2018 ?

Lukas Weber (LW) : nous avons de nouveau pu doubler les fonds investis. Via investiere, 30 millions de francs ont été investis dans des startups l’année dernière. De plus, les entreprises avec lesquelles nous travaillons investissent également directement. Au total, 150 millions de francs suisses ont été investis dans des quotités auxquelles nous avons participé.

Steffen Wagner (SW) : pour donner une idée sur l'ordre de grandeur : avec 30 millions de francs par an, nous sommes au niveau d’un fonds de 150 à 200 millions de francs.

Le nombre de quotités a-t-il également doublé ou le montant investi a-t-il augmenté par quotité ?

LW : en gros, nous avons effectué environ deux fois plus d'investissements qu'en 2017. La répartition est certes différente. Dans deux cas, investiere a versé trois millions de francs pour chacun d'eux. Un tel ordre de grandeur signifie pour nous une nouvelle dimension. Nous sommes désormais un partenaire financier potentiel pour les startups en phase de croissance. En revanche, nous avons eu des quotités ultérieures qui ont été moins importantes. Ceci explique une moyenne qui est restée à peu près la même.

Vous parvenez à mettre en commun plus de fonds d'investisseurs. Ne ressentez-vous pas la concurrence de nombreux projets de fonds qui collectent actuellement de l'argent en Suisse ?

SW : non, pas du tout. Comme les investisseurs sont directement impliqués dans les start-up, nous pouvons offrir autre chose que des fonds. Nos investisseurs recherchent l'opportunité de participer directement.

Qui sont les investisseurs ?

SW : ce sont essentiellement des investisseurs institutionnels et privés ; les institutionnels comprennent à la fois des investisseurs financiers et des grandes entreprises qui investissent de manière stratégique. La Zürcher Kantonalbank, avec laquelle nous travaillons en étroite collaboration, ou encore Airbus Ventures du premier groupe ou la Poste du deuxième groupe, en sont des exemples.

L'intérêt de tous les groupes d'investisseurs augmente-t-il ?

LW : oui. Nous pourrons annoncer quelques partenariats avec de grandes entreprises cette année. Et avec les Business Angels, nous bénéficions, entre autres, du fait qu'il existe de plus en plus d'exits lucratives en Suisse. Beaucoup de ces entrepreneurs apparaissent peu après la vente.

Les bonnes startups suisses peuvent choisir leurs investisseurs aujourd'hui. Lors de la sélection, ce que les investisseurs peuvent offrir en plus des ressources financières a son importance. Je pense qu'investiere est susceptible de constituer le réseau des Business Angels et des Corporates.

SW : effectivement. En outre, nous mettons de plus en plus en réseau les sociétés de notre portefeuille. Nous avons maintenant 60 entreprises dans notre portefeuille. Avec ce nombre important, l'échange des meilleures pratiques est très judicieux.

Généralement, il est dit que les startups suisses sont qualitativement meilleures aujourd'hui qu'il y a quelques années. Pouvez-vous le confirmer ?

SW : absolument. Nous bénéficions ici des offres de formation pour les startups.

Cela est-il également vrai au sujet des ventes ? Comme auparavant, je vois ceci comme le point faible de nombreuses startups suisses. Et comment investiere soutient-elle les sociétés du portefeuille dans ce domaine ?

LW : nous pouvons les aider concrètement, par exemple en ouvrant des portes. En outre, le sujet des ventes est également l’un des domaines dans lesquels les startups échangent des informations. En changeant de mentalité, c'est vrai. Nous avons probablement besoin de plus de temps en Suisse.

Où se trouve la scène des start-up suisses en général par rapport aux autres pays ? Il se passe beaucoup de choses dans notre pays, mais la question est de savoir si le développement est assez rapide.

SW : je pense qu'on doit choisir le bon critère de comparaison ici. A priori, il ne faut pas se demander chaque année si les investissements ont augmenté un peu plus vite qu'en France ou en Allemagne, par exemple. La comparaison la plus révélatrice est celle avec Israël. Ce pays a un ADN très similaire : il a la même taille, dispose d'écoles supérieures fortes, il se caractérise par des startups B2B, qui ont une technologie exceptionnelle. Et la comparaison montre que la Suisse est sur une trajectoire de développement similaire, avec seulement quelques années de retard. Concernant l'ampleur des Startup-Investments et leur croissance, nous sommes à peu près au niveau où se trouvait Israël en 2010.

Si nous regardons vers l'avenir, n'existe-t-il pas un risque qu'il y ait trop de fonds pour les startups et que les évaluations montent en flèche sans que la qualité s'améliore ?

SW : non, je ne partage pas cet avis. Jusqu'à présent, la demande a été clairement excédentaire et les start-up suisses ont choisi une stratégie qui leur permette de se développer avec relativement peu de fonds extérieurs. Aujourd'hui, plus de fonds sont disponibles, c'est vrai, mais nous ne savons pas comment les startups réagiront.

Comment voyez-vous l'avenir pour insvestiere ? La croissance se poursuivra certainement. Investiere deviendra-t-elle plus active à l'étranger ?

LW : des startups étrangères font partie de notre portefeuille depuis déjà longtemps. Nous avons principalement investi avec des consortiums avec lesquels nous travaillons également. Au cours de l’année écoulée, nous avons créé des ressources pour surveiller systématiquement non seulement la zone DACH, mais également d’autres marchés tels que la France et le Benelux. Les investissements sur ces marchés représentent un défi absolu pour nous.

Please login or
register to comment

Please login or sign up to comment. Commenting guidelines

Please login or
register to use the
bookmark feature

Related tags

Read more about

Please login or
register to use the
bookmark feature

Related tags

Read more about

Please login or
register to comment

Please login or sign up to comment. Commenting guidelines

 

Principal

A showcase for female CEOs


Startupticker has recorded Swiss start-ups with female CEOs and ranked them by sector. The map which includes links to 80+ companies can be downloaded in our article.

Partners

Contributors

By continuing to use this website you agree with our TERMS AND CONDITIONS